« Chacun sa chimère »