« Du bois mort à la racine généalogique »