Qu’y a-t-il de plus attendu que l’inattendu?

Installation au Château de l’Hermine, Vannes, septembre 2007

C’est un des plus anciens arbres de la planète. Certains botanistes pensent que c’est même LA première plante à fleur de la planète.

Est-ce pour cela qu’elle évoque autant la féminité ?

Un peu sulfureuse parfois cette fleur de magnolia, Marguerite Duras dans Moderato Cantabile en a d’ailleurs délibérément fait le parallèle entre l’aspiration à la vie, la bouffée de sensualité et son flétrissement rapide qui suggère l’approche inéluctable de la mort.

Cet arbre, si surprenant dans sa floraison, dans ses fruits m’a conduit naturellement de la féminité au monde de la haute couture qui devrait en être le reflet.

Mais derrière les coulisses, quelle souffrance pour ces jeunes femmes mannequins, et quand l’une d’elle décède par souci de rester dans les critères attendus, la presse s’en empare. Et rien ne change dans les défilés.

Et, quand tout pour moi semblait bien enfoui, bien « recousu » au plus profond de mon être, des histoires resurgissent et l’araignée tisse sa toile…..

Plus de photos rendez-vous rubrique « La galerie »