Textile et Réseau

Dans la plupart des religions le mythe du jardin est au centre du paysage, jardin où trône l’arbre de vie et sa connaissance du Bien et du Mal, et où rampe le serpent perfide. La femme est systématiquement celle par qui le scandale arrive. Eve, malgré les interdictions du Créateur croquera la pomme défendue, entraînant ainsi l’humanité entière dans une quête du paradis perdu.

Dans l’Odyssée d’Homère, le discours est plus nuancé. Et si certaines figures féminines sont sulfureuses, elles n’en portent pas moins une grande part d’humanité.
C’est autour de l’une d’entre elles, Circé que j’ai orienté mon travail. Circé, la magicienne, celle qui connaît le pouvoir de toutes ces plantes magiques, hallucinogènes. Si elle apparaît au tout début comme un obstacle, révélatrice d’un statut ambigu entre la bête et l’homme, elle permet cependant à Ulysse d’accepter sa place en tant que simple mortel. Il restera auprès d’elle toute une année. Puis Circé, généreuse, l’aidera à reprendre sa route.

C’est le jardin de Circé revisité que je vous propose, à chacun d’y voir à quel symbole ces plantes imaginaires s’associent !