La petite moufle

Une petite main s’est glissée dans la mienne. Même recouverte de ces moufles en laine qui lui donne des allures de marionnette, je la sens, cette petite main. Les petits doigts…… ils me chatouillent le creux de ma main. Et le pas….le pas aussi s’adapte, il devient plus court pour accompagner dans cette marche encore un peu hésitante notre petit. Notre petit, tellement présent, là, maintenant, mais aussi dans cette fenêtre vers le futur qu’on entraperçoit. Un peu flou…… Parce que c’est un peu ça, nous, nous nous effaçons petit à petit et lui prend toute sa place, tout ce qu’il est actuellement mais aussi tout son avenir. Alors, et justement parce qu’on sait, c’est plus facile de lui tenir la main, cette toute petite main, c’est plus facile de le guider, de traverser la route en respectant les passages, cloutés, zébrés, rayés,……en regardant bien si le petit bonhomme est vert. Et on traverse la vie, mais aussi le début de la sienne en trottinant, en serrant très fort cette petite main, si chaude, si présente, pour ne pas qu’il tombe ! Et ainsi, il ne tombera pas, oh non…… il regardera, observera, avec ses grands yeux étonnés. Et il aimera, Oh oui, il aimera…… parce que la petite main n’a pas eu froid !